C’est bientôt le mois de novembre et peut-être avez vous vu les appels de “tabac info service” à participer au “moissanstabac” qui aura lieu au mois de novembre.

Si vous aviez dans l’idée d’arrêter de fumer c’est peut-être le moment de s’y mettre!

Ne vous lancez tout de même pas sur un coup de tête, il est mieux de s’y préparer et de bien s’entourer. La première chose à faire est de se faire accompagner par un médecin, que ce soit votre généraliste ou un tabacologue. C’est lui qui vous prescrira un traitement éventuel adapté.

Et la sophrologie dans tout ça ?

La sophrologie est une aide complémentaire, un soutient, pour mettre toutes les chances de votre côté.

Parce que arrêter de fumer n’est pas simple, parce que la volonté seule ne suffit pas !

Vous êtes peut être du genre stressé(e) et la cigarette, ça vous calme, au moins un moment. Comment allez vous faire sans elle ? Ce qui tombe bien, c’est qu’une des applications premières de la sophrologie est la gestion du stress. Des techniques de respiration et de relaxation sont là pour vous apprendre à vous poser, à trouver plus facilement le calme et la sérénité, et sans tabac.

Vous n’êtes peut être pas sûr(e) d’arriver à tenir vos bonnes résolutions? Ou alors vous avez déjà essayé mais vous n’avez pas tenu, alors vous vous dites “à quoi bon recommencer si c’est pour essuyer un nouvel échec” ?

D’autres techniques de relaxation, accompagnées de visualisations, existent pour vous permettre de vous préparer à l’arrêt du tabac, un peu comme un sportif se prépare à une compétition. Vous vous projetez mentalement dans votre vie d’après la cigarette, à votre rythme, vous vous vivez capable de vivre sans fumer. Le jour ou vous arrêtez, vous ne vous jetez plus dans l’inconnu ou dans un « déjà-vécu » négatif. Vous vous êtes même entraîné(e) aux conduites à tenir dans les moments difficiles et les situations à risque. Vous savez comment réagir et éviter de craquer.

Et une fois que vous avez arrêté, la sophrologie vous accompagne pour tenir sur la distance. D’abord vous continuez avec les techniques anti-stress. Ainsi vous diminuez le risque d’être irritable, voire insupportable avec votre entourage. Vous limitez aussi le risque de compenser l’arrêt du tabac par autre chose, le très redouté grignotage, par exemple.

Ensuite, avec les techniques de relaxation, vous vivez les effets positifs de l’arrêt du tabac sur votre corps. Peut-être respirez vous mieux  ou peut-être que vos sens du goût et/ou de l’odorat se sont améliorés, par exemple. Vous percevez mieux ce que vous avez gagné en arrêtant et vous renforcez votre motivation à continuer. Et surtout vous ancrez en vous le positif de ce que vous avez accompli.

Si cela vous tente, n’hésitez pas à me contacter